Happy Easter!

HAPPY EASTER

In observance of the Easter Holiday we will take two weeks off from sending out our newsletter. Our next Friday Focus will be April 29th, 2022.  Have a great holiday!

En raison des vacances de Pâques, nous ferons une pause de deux semaines dans l’envoi de notre bulletin d’information. Notre prochain Friday Focus aura lieu le 29 avril 2022.  Passez de bonnes vacances !

_______________________________________________________________________________

EASTER MESSAGE TO ALL MY SISTERS AND BROTHERS IN PACTPAN

 

“Early on Sunday morning while it was still dark, Mary Magdalene came to the tomb and found that the stone had been rolled away from the entrance.” John 20: 1

Mary Magdalene came to the tomb of Jesus as was customary in those days to anoint the body of Jesus for the last time. Jewish tradition held that the souls of the dead hovered in the tomb for three days then on the fourth day left the body until the resurrection. However, when she came, she saw an empty tomb. 

The text introduces us to an intense moment between Mary and the empty tomb; and Simon and the other disciples who ran to the tomb. Simon who enters first into the tomb, then the other disciples and what they all saw, “the linen wrappings lying there, while the cloth that had covered Jesus’ head was folded up and lying apart from the other wrappings.” Everything seems to have been so properly and orderly arranged as if by God. It was not robbers who came and took the body of Jesus away— for they would have left the linen and everything in the tomb so scattered. 

Mary did not go inside the tomb but remained outside the tomb weeping because she could not find Jesus’ body and did not know where they had taken the body. Jesus eventually appears to Mary and confirms his resurrection to her and sends her on a mission to announce the Good News that is central to our Christian faith, “Go and find my brethren and tell them, ‘I am ascending to my Father and your Father, to my God and your God.” Mary went forth proclaiming the Good News that the Lord is risen in these words: “I have seen the Lord!”

We all admire the courage of women like Mary and her unconquerable faith in Jesus and her unfailing love for the one who won her heart by loving her unconditionally and extending God’s mercy and goodness to her. In the Gospel of Luke 24, it is reported that Mary came with the other women, and that these women then told the eleven disciples and everyone else what had happened—Jesus Christ is risen; he is alive (Luke 24: 6-12). As Africans, we need courage to meet the challenges and opportunities that we face in our times.

I prayed a lot for courage and resilience this Lent. The word courage comes from Old French, meaning heart and innermost feeling. The poet David Whyte says: courage is the measure of our heartfelt participation in life. Courage is making conscious those things we already feel deeply about and then to live through the unending vulnerabilities of those consequences. Courage is about living consciously knowing what moves us, what we care about, and what we love. When we feel deeply and strongly about some cause, some person, some value, some belief in our hearts, we are moved to act and to love. 

This movement of the heart to action is what we see in the women and men who followed Jesus beyond the shadows of death and who were courageous to stand with Jesus at the tomb. Remember, Jesus was an executed criminal, but these courageous women took the risk to visit the tomb to anoint him. When we love, we take risks; we become vulnerable; and we go the extra mile. The sacrificial essence of love can only be understood in the leap that we make often without knowing the consequences or the outcomes.  Jesus always reveals himself to those who seek him in faith and risk their lives for the sake of the reign of God. I realized, for many years now, that doing African theology is a risky business, more so if you wish to truly produce new resources for the Church which challenge established canons of ‘truth’ rather than regurgitate old and tired formulae that make no sense to Africans or help them find their way out of the African predicament. Moreso, doing theology in humility on my knees frees my heart and makes the journey lighter. Jesus always grants the gifts of courage and the grace of resilience to all who trust in him. By seeking Jesus in the empty tomb, the faith in the Resurrection was confirmed in these women and later in the disciples. 

Courage always goes with resilience because in times when we face tragedies and evil, we need the courage to hold on, and the resilience to bounce back. What happened to Jesus was as evil as one can imagine, in the eyes of his followers; the one in whom they had put their faith and fate was killed; it seems that his message and mission had ended rather tragically. But that message was given to a courageous team; and whose courage gave birth to resilience as they began gradually to realize that truth once crucified will always rise again, so they set forth with courage to proclaim and live this truth and the Gospel that has now been handed on to us.

We all need courage and resilience as African scholars and leaders these days as we face an uncertain world. It is a world, sadly, in which Africa does not matter and Africa is not treated as an equal partner. This is true even in the Church of Pope Francis. Unless we take up the task anew each day of reinventing the Church in Africa and reinventing our social compacts in the nation-states of Africa, we too will hand over to the next generation a continent and an African Church that is dependent and always looking towards the West. Unless we commit to working together through the wisdom of the spider, our individual energies will be overwhelmed by the enormity of the task before us.  But we must realize as Africans the asymmetrical power in the world that has put this great land on its fringes. We must design our own history using our own resources and fund of knowledge and working as a community of practitioners through solidarity, collaboration, co-operation, and supporting each other.

 

This point was brought out so courageously by Africa’s own Tedros Adhanom Ghebreyesus, head of the WHO, while lamenting the way Ukrainian refugees are being received heartily by Western nations, while African refugees are discarded in these words: “I don’t know if the world really gives equal attention to black and white lives…I need to be blunt and honest that the world is not treating the human race the same way. Some are more equal than others. And when I say this, it pains me. Because I see it. Very difficult to accept but it’s happening,”

As we celebrate Easter this year, we invite you to call forth the gifts of courage and resilience for the task that we have embraced as members of this Network. It is so easy to embrace the narrative of contamination about what is wrong with Africa and what is wrong with the world and what is wrong with our churches and other religious and political institutions in the continent. However, as Africans we also need to look at our assets: what is working in Africa today and how can we generate more of these best practices as alternate sites of hope? Are we sometimes behaving like Mary, crying thinking that our people are dead, while they are indeed alive, only that we lack the vision to see the signs of hope all around us? Where is God showing us signs of courage and resilience in our communities that we need to identify, celebrate, and multiply? How can we cherish the communal bonds and social capitals that are so natural to many African communities and transform them into agencies for building a new story, a new future? Who are our unsung heroes, leaders of change, and pathfinders, who are often neglected and ignored by their fellow Africans, but whose works can illuminate our paths today? 

The task that must be embraced urgently is to hew beyond the scattered stones of afro pessimism, cynicism, despair and anger; the fresh water of hope, praxis through a redemptive narrative that can give hope and agency to the people and build on the assets of Africa. Going beyond lamentations to celebration and enactment of what is possible on the continent is an important undertaking for every African leader and change agents at all levels. Change is built on hope and not woes and lamentations. However, discovering the assets of Africa in the challenging and confusing ideational and socio-political contexts of Africa and the new world of alternate-truths, blatant falsehoods, and lack of transparency and complicity in manipulating and exploiting the poor even in religious institutions is a challenge that must be confronted by anyone interested in designing the architecture and praxis of change.  

So, this Easter, I ask you to consider how you can be a change agent; a strong asset-builder; a point of light; a source of hope and a person of courage like Mary who can speak hope to our people who often are led to see despair and tombs around them rather than possibilities, capabilities, and opportunities. This is an important conversation and mental shift that we hope to undertake as a network of friends in the coming months. So, I invite you to our post-Easter Assembly on April 29th.  This will be an hour of reflection on what Easter means for us as a Network and how we can design a theological and pastoral praxis and ecclesial practice of hope for our people in times like these. 
May you find the light of courage and resilience through the celebration of these Easter mysteries.

Your servant

Stan Chu Ilo

 

Message de Pâques à tous nos amis du Réseau panafricain de théologie et de pastorale catholiques.
“Tôt le dimanche matin, alors qu’il faisait encore nuit, Marie-Madeleine se rendit au tombeau et trouva que la pierre avait été roulée devant l’entrée.” Jean 20, 1
Marie-Madeleine est venue au tombeau de Jésus comme il était de coutume à l’époque d’oindre le corps de Jésus pour la dernière fois. La tradition juive voulait que les âmes des morts planent dans le tombeau pendant trois jours puis, le quatrième jour, quittent le corps jusqu’à la résurrection. Cependant, à son arrivée, elle a vu un tombeau vide.
Le texte nous fait vivre un moment intense entre Marie et le tombeau vide, et Simon et les autres disciples qui courent vers le tombeau. Simon qui entre le premier dans le tombeau, puis les autres disciples et ce qu’ils voient tous, “les bandelettes de lin qui gisaient là, tandis que le linge qui avait couvert la tête de Jésus était replié et gisait à part des autres bandelettes.” Tout semble avoir été disposé de manière si correcte et si ordonnée, comme si c’était Dieu. Ce ne sont pas des brigands qui sont venus et ont emporté le corps de Jésus – car ils auraient laissé le linge et tout ce qui se trouvait dans le tombeau ainsi éparpillés.
Marie n’est pas entrée dans le tombeau, mais est restée dehors à pleurer parce qu’elle ne trouvait pas le corps de Jésus et qu’elle ne savait pas où ils l’avaient emmené. Jésus finit par apparaître à Marie, lui confirme sa résurrection et l’envoie en mission pour annoncer la Bonne Nouvelle qui est au cœur de notre foi chrétienne : “Va trouver mes frères et dis-leur : “Je monte vers mon Père et votre Père, vers mon Dieu et votre Dieu.”” Marie est allée proclamer la Bonne Nouvelle que le Seigneur est ressuscité en ces termes : “J’ai vu le Seigneur !”
Nous admirons tous le courage de femmes comme Marie, sa foi inconditionnelle en Jésus et son amour indéfectible pour celui qui a gagné son cœur en l’aimant inconditionnellement et en lui étendant la miséricorde et la bonté de Dieu. Dans l’Évangile de Luc 24, il est rapporté que Marie est venue avec les autres femmes, et que ces femmes ont ensuite dit aux onze disciples et à tous les autres ce qui s’était passé – Jésus-Christ est ressuscité, il est vivant (Luc 24, 6-12). En tant qu’Africains, nous avons besoin de courage pour relever les défis et saisir les opportunités qui se présentent à nous à notre époque.
J’ai beaucoup prié pour le courage et la résilience pendant ce Carême. Le mot “courage” vient du vieux français et signifie “cœur” et “sentiment le plus intime”. Selon le poète David Whyte, le courage est la mesure de notre participation sincère à la vie. Le courage consiste à prendre conscience des choses que nous ressentons déjà profondément, puis à vivre la vulnérabilité sans fin de ces conséquences. Le courage consiste à vivre consciemment en sachant ce qui nous touche, ce qui nous intéresse et ce que nous aimons. Lorsque nous sommes profondément attachés à une cause, une personne, une valeur, une croyance, nous sommes poussés à agir et à aimer.
Ce mouvement du cœur vers l’action est ce que nous voyons chez les femmes et les hommes qui ont suivi Jésus au-delà des ombres de la mort et qui ont eu le courage de se tenir avec Jésus au tombeau.

Rappelez-vous, Jésus était un criminel exécuté, mais ces femmes courageuses ont pris le risque de se rendre au tombeau pour l’oindre. Lorsque nous aimons, nous prenons des risques, nous devenons vulnérables et nous nous surpassons. L’essence sacrificielle de l’amour ne peut être comprise que dans le saut que nous faisons souvent sans en connaître les conséquences ou les résultats.  Jésus se révèle toujours à ceux qui le cherchent avec foi et qui risquent leur vie pour le bien du règne de Dieu. Je me suis rendu compte, depuis de nombreuses années maintenant, que faire de la théologie africaine est une entreprise risquée, surtout si vous souhaitez vraiment produire de nouvelles ressources pour l’Église qui remettent en question les canons établis de la “vérité” plutôt que de régurgiter de vieilles formules fatiguées qui n’ont aucun sens pour les Africains ou qui les aident à trouver leur chemin hors de la situation difficile de l’Afrique. De plus, faire de la théologie en toute humilité, à genoux, libère mon cœur et rend le voyage plus léger. Jésus accorde toujours les dons du courage et la grâce de la résilience à tous ceux qui lui font confiance. En cherchant Jésus dans le tombeau vide, la foi en la Résurrection a été confirmée chez ces femmes et plus tard chez les disciples.
Le courage va toujours de pair avec la résilience, car lorsque nous sommes confrontés à des tragédies et au mal, nous avons besoin du courage de tenir bon et de la résilience pour rebondir. Ce qui est arrivé à Jésus est aussi mauvais qu’on puisse l’imaginer, aux yeux de ses disciples ; celui en qui ils avaient mis leur foi et leur destin a été tué ; il semble que son message et sa mission aient pris fin de manière plutôt tragique. Mais ce message a été transmis à une équipe courageuse, dont le courage a donné naissance à la résilience, car ils ont commencé à réaliser progressivement que la vérité une fois crucifiée ressuscitera toujours, et ils ont donc entrepris avec courage de proclamer et de vivre cette vérité et l’Évangile qui nous a été transmis.
En tant que chercheurs et dirigeants africains, nous avons tous besoin de courage et de résilience de nos jours, car nous sommes confrontés à un monde incertain. C’est un monde, malheureusement, dans lequel l’Afrique ne compte pas et où l’Afrique n’est pas traitée comme un partenaire égal. Cela est vrai même dans l’Église du pape François. Si nous ne nous attelons pas chaque jour à la tâche de réinventer l’Église en Afrique et de réinventer nos pactes sociaux dans les États-nations d’Afrique, nous transmettrons nous aussi à la prochaine génération un continent et une Église africaine dépendants et toujours tournés vers l’Occident. Si nous ne nous engageons pas à travailler ensemble grâce à la sagesse de l’araignée, nos énergies individuelles seront submergées par l’énormité de la tâche qui nous attend.  Mais nous devons réaliser, en tant qu’Africains, le pouvoir asymétrique dans le monde qui a mis ce grand pays en marge. Nous devons concevoir notre propre histoire en utilisant nos propres ressources et notre fonds de connaissances et en travaillant en tant que communauté de praticiens par la solidarité, la collaboration, la coopération et le soutien mutuel.

C’est ce qu’a souligné avec courage Tedros Adhanom Ghebreyesus, chef de l’OMS, en déplorant l’accueil chaleureux réservé aux réfugiés ukrainiens par les nations occidentales, alors que les réfugiés africains sont écartés : “Je ne sais pas si le monde accorde vraiment la même attention aux vies noires et blanches… Je dois être franc et honnête : le monde ne traite pas la race humaine de la même manière. Certains sont plus égaux que d’autres. Et quand je dis cela, ça me fait mal. Parce que je le vois. C’est très difficile à accepter, mais c’est ce qui se passe”.

Alors que nous célébrons Pâques cette année, nous vous invitons à faire appel aux dons de courage et de résilience pour la tâche que nous avons entreprise en tant que membres de ce réseau. Il est si facile d’adopter le récit de la contamination sur ce qui ne va pas en Afrique, ce qui ne va pas dans le monde et ce qui ne va pas dans nos églises et autres institutions religieuses et politiques sur le continent. Cependant, en tant qu’Africains, nous devons également examiner nos atouts : qu’est-ce qui fonctionne en Afrique aujourd’hui et comment pouvons-nous générer davantage de ces meilleures pratiques en tant que sites alternatifs d’espoir ? Nous comportons-nous parfois comme Marie, pleurant en pensant que notre peuple est mort, alors qu’il est bel et bien vivant, seulement nous manquons de vision pour voir les signes d’espoir tout autour de nous ? Où Dieu nous montre-t-il des signes de courage et de résilience dans nos communautés que nous devons identifier, célébrer et multiplier ? Comment pouvons-nous chérir les liens communautaires et les capitaux sociaux qui sont si naturels dans de nombreuses communautés africaines et les transformer en agences pour construire une nouvelle histoire, un nouvel avenir ? Qui sont nos héros méconnus, nos leaders du changement et nos éclaireurs, qui sont souvent négligés et ignorés par leurs compatriotes africains, mais dont les œuvres peuvent éclairer nos chemins aujourd’hui ?

La tâche à laquelle nous devons nous atteler de toute urgence est de dépasser les pierres éparses du pessimisme afro, du cynisme, du désespoir et de la colère ; l’eau fraîche de l’espoir, la praxis à travers un récit rédempteur qui peut donner de l’espoir et de l’agence aux gens et construire sur les atouts de l’Afrique. Passer des lamentations à la célébration et à la mise en œuvre de ce qui est possible sur le continent est une entreprise importante pour tous les dirigeants africains et les agents du changement à tous les niveaux. Le changement se construit sur l’espoir et non sur les malheurs et les lamentations. Cependant, découvrir les atouts de l’Afrique dans les contextes idéologiques et sociopolitiques difficiles et déroutants de l’Afrique et du nouveau monde de vérités alternatives, de mensonges flagrants, de manque de transparence et de complicité dans la manipulation et l’exploitation des pauvres, même dans les institutions religieuses, est un défi qui doit être relevé par toute personne intéressée à concevoir l’architecture et la praxis du changement.

Ainsi, en cette période de Pâques, je vous demande de réfléchir à la manière dont vous pouvez être un agent de changement, un constructeur d’atouts solides, un point de lumière, une source d’espoir et une personne courageuse comme Marie, qui peut parler d’espoir à nos concitoyens, souvent amenés à voir le désespoir et des tombes autour d’eux plutôt que des possibilités, des capacités et des opportunités. C’est une conversation importante et un changement mental que nous espérons entreprendre en tant que réseau d’amis dans les mois à venir. Je vous invite donc à notre assemblée d’après Pâques le 29 avril.  Il s’agira d’une heure de réflexion sur ce que Pâques signifie pour nous en tant que réseau et sur la manière dont nous pouvons concevoir une praxis théologique et pastorale et une pratique ecclésiale de l’espoir pour notre peuple en des temps comme ceux-ci.

Puissiez-vous trouver la lumière du courage et de la résilience à travers la célébration de ces mystères pascals.

Votre serviteur
Stan Chu Ilo

Comments

Leave a Reply

Your email address will not be published.